• pirates-009.gif

    http://www.linternaute.com/mer-voile/magazine/dossier/pourquoi/image/mer-noire-se-trouve-nord-turquie-508960.jpg Est-ce que la mer Noire s'appelle ainsi parce ses eaux sont noires ?

     

    Cela ne donnerait guère envie de s'y baigner !

    Plusieurs théories sont avancées concernant l'étymologie de ce nom, apparu sur les cartes et dans les atlas à partir du XVe siècle.

     

    1/ La mer Noire serait effectivement très sombre en profondeur, en raison d'un taux élevé en hydrogène sulfuré (effet noircissant) à partir d'une centaine de mètres sous la surface.

     

    2/ Selon les encyclopédies anglo-saxonnes, la mer Noire trouverait son origine dans la traduction de son nom en iranien où l'adjectif "axaïna", c'est-à-dire "indigo, sombre", était utilisé pour désigner cette mer.

     

    3/ Dans les encyclopédies de langues latines ou grecque, on avance que ce nom lui aurait été donné par les Ottomans. Chez les Turcs, les points cardinaux sont désignés par des couleurs : le nord (le sombre) serait désigné par le noir, le sud (la clarté) par le blanc... Or, la mer Noire se trouve bien au nord de la Turquie.

     

      2ckcsb7t.gif

     

    Pourquoi dit-on... ?

     

     

     Plusieurs expressions françaises trouvent leur origine dans l'univers maritime.

     

    "Etre du même bord", qui signifie être du même avis.

    Autrefois, un "bord" était un navire. Dans la marine de guerre, les soldats et l'équipage étaient très solidaires et très complices, puisque naviguant sur le même bateau. C'est de là qu'est née l'expression "être du même bord" qui signifie que deux personnes ont la même opinion.

     

     

    "C'est la galère", qui signifie c'est difficile. De l'Antiquité au XVIIIe siècle, les galères étaient des bateaux sur lesquels les malfaiteurs étaient condamnés à purger leur peine. En 1564, un édit fixa la durée minimum de cette peine à 10 ans. Attachés et bien souvent fouettés et maltraités, ils devaient ramer sans cesse pour faire avancer les navires. Ceux-ci furent supprimés par Louis XV en 1748. Les "galériens" furent par la suite appelés les "bagnards".

     

     

    Aujourd'hui, on emploie les expressions "C'est la galère" pour dire qu'une situation est longue et difficile à surmonter. "Veiller au grain" pour "être prudent". Cette expression née au milieu du XIXe siècle est une référence au domaine maritime où le "grain" était une tempête de vent imprévisible, contre laquelle il fallait être très vigilant.

    Depuis, on dit que l'on "veille au grain" lorsque l'on se méfie d'un événement qui pourrait nous être préjudiciable.

     

    3gscfl18.gif

     

    info Linternaute

    Pin It

    1 commentaire
  • Pourquoi les marins portent-ils des pulls à rayure ?

    http://www.coop-breizh.fr/images/rep_articles/moyennes/51238581-7e0d-5a57-d137-3c4d0dedc80a.jpg 

     les chandails marins ne sont plus portés uniquement par les matelots.

     

      Alors déjà une précision : on ne parle pas de pull marin mais de "chandail marin".

     

    Car ce sont les marchands d'ail bretons (navigateurs qui se rendaient en Angleterre au XVIIIe siècle pour y vendre des oignons et de l'ail) qui sont à l'origine de ce vêtement. Ils portaient en effet ce tricot en mailles très serrées, idéal pour lutter contre le froid et le vent.

     

    Et par déformation linguistique, les pulls de ces marchands d'ail sont devenus des chandails.

     

    Ok pour l'origine du pull, venons-en aux rayures. Au milieu du XIXe siècle, par un décret du 27 mars 1858 très exactement, la Marine française décide que les rayures des uniformes de matelots deviennent obligatoires (l'uni étant réservé aux officiers) : "le tricot rayé des matelots est une chemise en coton, en fils écrus et teints à l'indigo formant des raies alternativement bleues et blanches".

     

    Par ailleurs, d'après la croyance, les marins pensaient que la rayure permettait de mieux repérer l'homme tombé à la mer. Depuis, le pull marin à rayures est sorti du monde maritime pour envahir les garde-robes des amateurs de voile mais aussi du grand public.

    Info Linternaute

     

    http://www.brindemer.fr/images/rep_articles/grandes/08d70fb1-b11d-5077-4218-73750dd58da6.jpg

    Pin It

    2 commentaires
  • "La puissance des tempêtes va augmenter" Par Elodie Bousquet, publié le 01/03/2010 à 12:40

     La première tempête de l'année à fait 50 morts selon un dernier bilan.
     AFP/Franck PERRY Une vague se brise sur une jetée, le 24 février 2010, à Batz-sur-Mer.
    http://www.lexpress.fr/medias/512/tempete-xynthia_383.jpg
     La première tempête de l'année à fait 50 morts selon un dernier bilan. Après les ravages de la tempête Xynthia, Yves Tourre, chercheur au centre météorologique de Toulouse et à l'université de Columbia (Etats-Unis), revient sur l'augmentation de la puissance de ces phénomènes.

     Comment expliquer l'extrême violence de Xynthia?
     L'intensité du phénomène observé ce week-end est dû à une combinaison de plusieurs éléments. Une dépression est remontée d'Espagne vers l'Atlantique Nord et s'est ensuite propagée vers les côtes françaises jusqu'à l'intérieur des terres. Lors de sa remontée vers la France, le système dépressionnaire s'est chargé intensément en énergie au dessus de l'Atlantique, ce qui a entraîné une baisse de la pression atmosphérique et une surrélévation du niveau de la mer.
     En plus de cela, ce week-end, les coefficients de marrées étaient très élevés. Il y a donc eu ce qu'on appelle une "surcote" de la marée. Entre ça et l'intensité des vents qui ont soufflé jusqu'à 230km/h sur les côtes, la propagation des eaux à l'intérieur des terres a été facilitée. Au final, c'est bien la combinaison de ces différents facteurs qui est à l'origine de l'intensité du phénomène.

     On parle d'une vague d'environ 2 mètres qui a ensuite submergée des villages entiers, quelle en est l'origine?
     En anglais, cette vague est appelée "the storm wave", ce qui signifie "la vague issue de la tempête". Il s'agit d'une vague énorme formée à la fois par les pluies de la tempête et par la marée haute. Le gros problème, c'est qu'en tapant sur les digues, cette masse d'eau a fini par les briser. On se retrouve dans la même situation que lors du passage de l'ouragan Katrina aux Etats-Unis en 2005. Les digues ont cédé, l'eau s'est propagée dans les terres de manière soudaine et en pleine nuit, ce qui a surpris les gens.

     L'an dernier, presque à la même époque, la tempête Klaus dévastait le sud-ouest de la France. Faut-il s'attendre à une récurrence de ce type d'évènement?

     Les conditions climatiques actuelles, à l'origine de la puissance de Xynthia, ne signifient pas que les phénomènes de ce type seront plus nombreux dans les années à venir. En revanche, cela signifie sans aucun doute une augmentation de leur puissance.

     Quelles sont les conditions climatiques auxquelles vous faites allusion?
     Il faut savoir que depuis 1995, l'Atlantique Nord est entré dans une période chaude. Cela vient du fait que cet océan subit une oscillation naturelle multidécénale qui fait qu'il passe par des période froides et des périodes chaudes. Cette oscillation globale n'est pas liée au réchauffement climatique, il faut le souligner. Elle est naturelle car liée à des circulations océaniques et à la densité des eaux. Malheureusement, nous avons constaté que lorsque l'Atlantique passe en phase chaude, la puissance de destruction des phénomènes extrêmes comme les tempêtes ou les cyclones est décuplée.

     Peut-on prévoir le passage de l'Atlantique d'une phase chaude à une phase froide?
     Ces prévisions sont encore approximatives mais nous savons que cette oscillation atlantique naturelle varie de 40 à 60 ans. On peut donc dire aujourd'hui que dans les 20 ans à venir, on aura de nouveau affaire, plusieurs fois probablement, à ce type d'événement

    . *
    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique